---

Gastronomie à prix réduits

Les grands chefs officient parfois dans des établissements plus modestes, mais aussi bons que leurs grands frères étoilés!

Temple de la haute cuisine, la capitale française n’accueille pas moins de 97 restaurants avec étoiles !

Si vous avez envie de découvrir la gastronomie étoilée autrement, c’est possible. De nombreux chefs récompensés par le Guide Michelin officient également dans les cuisines de restaurants non étoilés : bistrots, steakhouses, brasseries, restaurants régionaux… il y en a pour tous les goûts et dans tous les styles. Ici, pas de nappe blanche, de serveurs gantés ou de couverts en argent, le service se veut un peu plus décontracté et le standing plus simple. Petite sélection gourmande de quelques adresses « bis » griffées, parmi les plus toquées de la capitale.

Vive la tradition !

Si vous avez un appétit de Lyon, rendez-vous Aux Lyonnais pour savourer des spécialités typiquement régionales revisitées avec talent et fantaisie. Au menu, quenelles à la lyonnaise sauce Nantua, gigot d'agneau au four, mais aussi "fraises melba" et autre charcuterie lyonnaise.

A deux pas de la cathédrale Notre-Dame, l’Atelier Maître Albert est une rôtisserie contemporaine designée par l’architecte Jean-Michel Wilmotte. Parmi les plats fétiches choisis par Guy Savoy (son restaurant éponyme a trois étoiles au guide Michelin), la volaille fermière rôtie à la broche et ses pommes purée.

Grâce à Eric Fréchon, chef triplement étoilé du restaurant Epicure au Bristol, la gastronomie entre en gare… Saint-Lazare. Depuis 2013, Lazare propose une cuisine de brasserie familiale et authentique : fricassé, croque-monsieur, île flottante… Ne manquez pas le Paris-Deauville, un dessert spécialement créé par le chef, normand d’origine, et dont le nom est un clin d’œil aux trains qui partent quotidiennement de la gare Saint-Lazare pour rejoindre la Côte Fleurie.

Yannick Alléno, trois étoiles au Pavillon Ledoyen, officie, lui, dans de nombreux restaurants annexes, dont Le Terroir Parisien, qui doit rouvrir au premier semestre 2018. Son credo ? De la moutarde de Meaux en passant par les lentilles vertes de la Brie ou les épinards de Viroflay, la cuisine de Yannick Alléno ressuscite spécialités et légumes oubliés du Bassin parisien.

Pères et fils

La gastronomie, c’est parfois une histoire de famille. A la tête de L’Ambroisie avec son père Bernard, Mathieu Pacaud a sa propre table, L’Hexagone  dans le XVIe arrondissement (une étoile au Guide Michelin). Dans un décor très graphique et contemporain, on découvre une carte qui rend hommage au patrimoine de la cuisine française, la touche de modernité en sus.

La culture bistrot

Toujours du côté des étoiles, Christian Constant, chef d’orchestre du Violon d’Ingres, a ouvert plusieurs lieux à Paris. Il cultive la culture bistrot à travers deux adresses : Les Cocottes, qui propose le must de la cuisine traditionnelle servie dans des cocottes en fonte : jeunes légumes, pigeon… Plat star de la carte, la Vraie salade César Ritz.

Hélène Darroze a aménagé au rez-de-chaussée de son restaurant étoilé le Salon d’Hélène, où l’on déguste en toute décontraction des bouchées chics façon tapas et une sélection de plats signatures en format mini sur fond de musique lounge.

Cyril Lignac propose plusieurs restaurants qui servent des spécialités bistrotières, agrémentées parfois d’une petite touche de modernité : Le Chardenoux, installé dans un immeuble classé monument historique et, rive gauche, Aux Prés.

En plus de son restaurant étoilé Sur Mesure au sein de l’hôtel Mandarin Oriental, le très médiatique Thierry Marx s’occupe également de la carte du Camelia, qui propose une cuisine française teintée d’Asie. On y retrouve la formule « Daily Marx », qui reprend les recettes du livre du même nom. Le petit luxe en plus : toutes les herbes aromatiques viennent du potager du Mandarin Oriental.

Michel Rostang, à la tête du restaurant éponyme récompensé par deux étoiles, possède plusieurs adresses à Paris. Parmi elles, Dessirier, un bistrot de la mer qui fait figure de véritable institution, et le Oyster Bar qui lui est accolé, avec son Happy Oyster, sorte d’happy hour complètement décalé pour savourer des huîtres.

La nouvelle génération

Coup de projecteur sur deux chefs très prometteurs déjà étoilés. Bertrand Grébaut, prodige de la nouvelle cuisine, chef d’orchestre du Septime, une étoile au Guide Michelin, possède désormais deux autres adresses : Clamato, un bistrot de la mer tendance, et Septime La Cave.

Génie des fourneaux et chef surdoué, David Toutain, passé par L’Agapé, permet de vivre une expérience culinaire avec Identi-T, une table d’hôtes accolée à son restaurant étoilé et réservée aux groupes d’amis. Le chef a carte blanche pour créer des saveurs nouvelles et inventer des textures inconnues.

Ze Kitchen Galerie, le restaurant de William Ledeuil, une étoile au Guide Michelin, a deux petites sœurs : Kitchen Galerie Bis (KGB) et Kitchen Ter(re). Au menu de ce dernier, des recettes qui rappellent la terre nourricière, où les pâtes faites maisons sont créées à partir de blés anciens et savoureux.

Jeune prodige de la cuisine française, le chef Akrame Benallal, déjà étoilé avec son restaurant éponyme Akrame, a ouvert deux annexes.