Balade

Découvrez Paris dans les pas de Napoléon

Paris et ses environs comptent de nombreux lieux qui portent encore l’empreinte du Premier Empire. Suivez le guide pour les (re)découvrir.

Partez sur les traces de Napoléon au cœur de la capitale : de l’Arc de triomphe à l’église de la Madeleine en passant par le pont des arts, Notre Dame ou bien les canaux parisiens, de nombreux monuments et sites ont vu le jour grâce à la volonté de l’empereur.

A l'occasion de la sortie de la fresque cinématographique "Napoléon", le 22 novembre 2023, Paris je t'aime invite à découvrir Paris dans les pas de l'empereur et les nombreux lieux qui portent encore l’empreinte de Napoléon 1er.

Le Parcours Napoléon créé par Paris je t'aime est également à découvrir en version téléchargeable et bilingue (français et anglais) :

TÉLÉCHARGER LE PARCOURS NAPOLÉON DE PARIS JE T'AIME

Réalisé par Ridley Scott, le biopic historique "Napoléon" retrace l’ascension et la chute du premier empereur des Français, incarné par l’acteur oscarisé Joaquin Phoenix. Sa conquête du pouvoir est présentée à travers le prisme de ses rapports passionnels et tourmentés avec Joséphine, le grand amour de sa vie incarnée par Vanessa Kirby. Auteur d’épopées mémorables, le réalisateur évoque le génie militaire et les stratégies politiques de Napoléon.

© Sony Pictures

Génie militaire et fin stratège, Napoléon Bonaparte (1769-1821) connait une ascension fulgurante et marque à jamais l'histoire de la France. Premier Consul à la faveur d'un coup d'état en 1799 puis empereur des Français en 1804, il prend le nom de Napoléon 1er.
Ses grands travaux et réalisations vont façonner l’architecture de la capitale et ses environs tandis que de nombreux monuments témoignent encore de ses glorieuses batailles.
Si l’on ne trouve pas d’avenue Napoléon à Paris, la ville comptent de nombreux lieux qui portent encore l’empreinte du Premier Empire.

En voici une sélection :

1. L’arc de Triomphe

© Pairs je t'aime - Photographe Angélique Clément

L’Empereur pose la première pierre de cet arc monumental le 15 août 1806, jours de son 37e anniversaire, pour célébrer les victoires militaires de sa Grand Armée. Il sera achevé en 1836. Sur sa voûte décorée de caissons à la romaine, sont inscrits les noms des 128 batailles de la République et de l’Empire, ainsi que ceux des généraux qui y participèrent. Les hauts-reliefs Le Triomphe de 1810, réalisé par Jean-Pierre Cortot, La Résistance et La Paix sculptés par Antoine Etex illustrent les grands événements qui ont marqué l’empire napoléonien. L’Arc de Triomphe qui s’élève place Charles de Gaulle offre à son sommet une vue panoramique à 360° sur la capitale et l'exceptionnelle perspective depuis le Louvre.

Arc de Triomphe – place Charles de Gaulle, Paris 8e

RÉSERVER

2. L’Hôtel National des Invalides

© Thinkstock

L’Hôtel National des Invalides à l’imposant dôme doré culminant à plus de 110 mètres a été construit au 17e siècle sous l’impulsion du roi Louis XIV pour loger et soigner les soldats blessés. Le site accueillit plusieurs milliers de soldats des armées napoléoniennes. L’Empereur leur rend visite à plusieurs reprises. Son tombeau se trouve dans une crypte de l’église Saint-Louis-des-Invalides : la dépouille de Napoléon, mort en exil à Sainte-Hélène, y repose depuis 1861 dans un sarcophage en quartzite rouge.

Ce monument a vocation militaire abrite aujourd’hui le musée de l’Armée qui détient l’une des plus grandes collections au monde d’art et d’histoire militaire. Des uniformes, armes, trophées et décorations datant du Directoire et du Premier Empire y sont notamment exposés. Une plongée chronologique dans les campagnes, les batailles, les conquêtes et les revers de Napoléon. L’Hôtel National des Invalides accueille également le musée des Plans-reliefs et le musée de l'ordre de la Libération.

A l’occasion de la sortie du film "Napoléon", le musée de l’Armée met à l’honneur, du 13 novembre au 7 janvier 2023, quelques objets authentiques marqués par l’épopée napoléonienne : de l’habit que portait le général Bonaparte à la bataille de Marengo (14 juin 1800), jusqu’à la bataille de Waterloo (18 juin 1815).

Hôtel National des Invalides – 129 rue de Grenelle, Paris 7e

RÉSERVER

3. La fontaine du Fellah

© Siren-Com via Wikimedia Commons

La fontaine du Fellah connu sous le nom de fontaine égyptienne commandée par Napoléon est l’une des quinze fontaines mises en service à l’ouverture du canal de l’Ourcq. Situé à deux de l’entrée du métro Vaneau, elle fait référence à l’expédition de Bonaparte en Egypte. La statue de style néo-égyptien édifiée en 1806 s’inspire d’une représentation d’Antinoüs, favori de l’empereur Hadrien.

Fontaine du Fellah - 42 rue de Sèvres – Paris 7e

4. L’église de la Madeleine

© Pxhere

Le 2 décembre 1806, Napoléon signe un décret pour l'édification d'un temple à la gloire des Armées françaises. Ce sera l’église de la Madeleine, l’Empereur retenant le projet de l’architecte Vignon, qui imite le temple de Zeus olympien à Athènes. Cet imposant édifice religieux, aux portes monumentales en bronze et aux majestueuses colonnes corinthiennes se situe à deux pas de la place de la Concorde. Richement décoré de marbres, de fresques et de mosaïques il abrite le célèbre grand orgue signé Aristide Cavaillé-Coll.

Église de la Madeleine - Place de la Madeleine, Paris 8e

5. La colonne Vendôme

© Leo Serrat

La colonne Vendôme de 44,3 m de haut, inspirée par la colonne Trajane, est érigée place Vendôme sur ordre de Napoléon entre 1806 et 1810 pour commémorer sa victoire à Austerlitz et honorer sa Grande Armée. Elle est détruite lors de la Commune de Paris, puis reconstruite. Sa structure en pierre recouverte de plaques de bronzes s’enroulant en spirale ornées de trophées et scènes de batailles. Une statue de l’empereur trône au sommet.

Colonne Vendôme - Place Vendôme, Paris 1er

6. Le Palais Brongniart

© Paris je t'aime - Marc Bertrand

Place de la Bourse se dresse le Palais Brongniart réalisé à la demande de Napoléon Bonaparte qui souhaite un "Palais impérial de la Bourse". Il tient son nom de l'architecte qui l'a conçu Alexandre-Théodore Brongniart et qui s’inspire du palais de Vespasien à Rome. La construction débute en 1808 et s’achèvera en 1826. Avec ses 66 colonnes corinthiennes, c’est un joyau du néoclassicisme du Premier Empire. Le monument a accueilli ainsi la Bourse de Paris jusqu'en 1998 et est aujourd’hui un centre de congrès et de grands événements.

Palais Brongniart - 28 place de la Bourse, Paris 2e

7. L’arc de triomphe du Carrousel

© I.M Pei - Musée du Louvre - dist RMN - Grand Palais - Olivier Ouadah

Lorsque Napoléon était à Paris, il séjournait dans le palais des Tuileries, aujourd’hui disparu - il brûla lors de la Commune en 1871. Situé côté jardins face au musée du Louvre et de sa pyramide de verre, l’arc de triomphe du carrousel, érigé entre 1806 et 1808, marque l’entrée officielle du palais, à la fois résidence impériale et siège du pouvoir. Il commémore la victoire de Napoléon Bonaparte à Austerlitz.

Place du Carrousel, Paris 1er

8. Le musée du Louvre

© Musée du Louvre - Nicolas Guiraud

En 1803, dix ans après sa création par les révolutionnaires, le musée du Louvre est rebaptisé musée Napoléon. Il demeure jusqu’en 1814 le plus riche musée au monde : il abrite les anciennes collections royales et les biens saisis à l’Eglise, mais surtout les prises de guerre de l’Empereur. Considéré aujourd'hui comme le plus grand musée au monde, il présente aux visiteurs près de 33 000 œuvres dont des chefs-d’œuvre telle que La Victoire de Samothrace, Le Scribe accroupi, La Joconde ou bien encore les appartements Napoléon-III.

Musée du Louvre - Cour Napoléon - Pyramide du Louvre, Paris 1er

RÉSERVER

9. Le pont des arts

© Pierre Blache - Unsplash

Pour relier le Louvre, alors nommé "palais des Arts", et le collège des Quatre-Nations, aujourd’hui l’Institut de France, Bonaparte décrète la construction d’une passerelle d’un genre nouveau. Le tout premier pont métallique en France, et le troisième au monde, est inauguré en novembre 1803. Il est aujourd'hui un véritable lieu de vie où musiciens, peintres et promeneurs se retrouvent. La vue sur l’Ile de la Cité et le pont Neuf d’un côté et les musées du Louvre et d’Orsay de l’autre y est exceptionnelle !

Pont des Arts - quai de Conti, quai François Mitterrand, Paris 6e

10. La fontaine du Palmier

© Paris je t'aime - Jacques Lebar

Cette fontaine situé place du Châtelet fut commandée en 1806 par Napoléon pour commémorer ses victoires (notamment en Italie, en Prusse et en Egypte) et offrir de l’eau potable gratuite aux Parisiens en 1808. Elle est surmontée d’une statue de la Victoire brandissant des couronnes de lauriers. Elle tient son nom des feuilles de palmiers qui ornent la colonne.

Fontaine du Palmier - Place du Châtelet, Paris 1er et 4e

11. La cathédrale Notre-Dame de Paris

© LeifLinding

Bonaparte, en tant que Premier Consul, a rendu la cathédrale Notre-Dame de Paris au culte catholique en 1801, après la parenthèse révolutionnaire. Ce chef-d’œuvre gothique se situe dans le centre historique de Paris, à l’extrémité de l’île de la Cité. Le 2 décembre 1804, dans un édifice redécoré des symboles de son règne, Napoléon se fait sacrer empereur – et Joséphine, impératrice - par le pape Pie VII.

Cathédrale Notre-Dame de Paris - 6 parvis Notre-Dame - Place Jean-Paul II, Paris 4e

12. Le Procope

© Groupe Bertrand

Le plus ancien café de Paris (il a ouvert ses portes en 1686), situé dans le quartier Saint-Germain-des-Prés, était prisé des philosophes des Lumières, puis des révolutionnaires. Napoléon y aurait laissé son couvre-chef en gage d’un dîner. Le restaurant propose aujourd’hui une cuisine française de tradition et parmi les objets historiques qui ornent ses murs on peut y apercevoir un célèbre bicorne !

Le Procope - 13 rue de l'Ancienne Comédie, Paris 6e

13. Le jardin des Plantes

© Studio TTG

Le jardin des Plantes, dont la création remonte au 17e siècle, devient sous l’Empire un centre scientifique de premier plan. Au sein du cabinet d’Histoire naturelle travaillent Lacepède, Cuvier, Daubenton, Lamarck, Geoffroy Saint-Hilaire… Ce dernier a participé, avec 170 autres savants, à l’expédition de Napoléon en Egypte (1798-1801). Le jardin abrite aujourd’hui la Grande Galerie de l’Évolution, la Galerie de Paléontologie et d’Anatomie comparée, la Galerie de Minéralogie et de Géologie du muséum national d'histoire naturelle ainsi que les Grandes Serres et une ménagerie !

Jardin des Plantes - Place Valhubert, Paris 5e

RÉSERVER

14. Les canaux de l’Ourcq, Saint-Martin et Saint-Denis

© Philippe Levy

Par son décret du 19 mai 1802, Napoléon ordonne la création de trois voies navigables. Le canal de l’Ourcq doit relier la rivière du même nom à Paris, pour alimenter la capitale en eau. Le canal Saint-Martin, aux multiples écluses et ponts tournants, quitte la Seine au bassin de l’Arsenal, vers les bassins de la Villette et facilite ainsi la circulation fluviale. Le canal Saint-Denis quant à lui permet de rallier la Seine en évitant le méandre au sud-ouest de Paris. Leurs quais sont aujourd’hui de véritables lieux de loisirs privilégiés des Parisiens pour un pique-nique ou bien encore une simple balade.

Canal de l’Ourcq - Bassin de la Villette, Paris 19e

Canal Saint-Martin - Quai de Jemmapes, Paris 10e et 11e

Canal Saint-Denis - quai de la Gironde, Paris 19e

15. Le cimetière du Père Lachaise

© Studio TTG

A la fois monument unique et patrimoine insolite parisien, le cimetière du Père Lachaise offre aux visiteurs une promenade nature et historique. De très nombreuses personnalités du Premier Empire reposent dans cet espacé arboré de 44 hectares : les généraux et maréchaux de la Grande Armée (Murat, Masséna, Ney, Kellermann …), mais aussi des personnalités politiques, scientifiques (Champollion, Cuvier…) ou artistiques (David, Ingres, Géricault, Brongniart, Cherubini).

Cimetière du Père Lachaise - Face au 21 boulevard de Ménilmontant, Paris 20e

16. Le château de Malmaison

© Aurore Markowski

De 1799 à 1814, le château de Malmaison devient la résidence privée de Napoléon et de Joséphine. Ils font rénover dans un style raffiné la demeure et les jardins, où sont acclimatées de nombreuses plantes rares, et pas moins de 250 variétés de roses. Un musée y ouvre ses portes en 1906. On peut aujourd’hui admirer une collection riche d’objets et pièces appartenant à Bonaparte, Joséphine et ses enfants Eugène et Hortense.

Château de Malmaison - Avenue du Château de la Malmaison - 92500 Rueil-Malmaison

17. Le château de Rambouillet

© Laurent Gueneau

En 1804, Napoléon fait rénover et embellir le château de Rambouillet construit en 1374. L’Empereur se plaît à y séjourner, il y travaille et s’y amuse, profitant notamment des forêts giboyeuses qui l’entourent. Très attaché à cette demeure, il y passera sa dernière nuit avant de partir en exil. Le château abrite dans son aile ouest l’appartement de l’empereur (espace fermé en cours de restauration).

Château de Rambouillet - 78120 Rambouillet

18. Le château de Fontainebleau

© Fotolia

"La vraie demeure des rois" Fontainebleau est le seul château à avoir été habité par tous les souverains français pendant près de 8 siècles ! Il séduit l’Empereur qui dès 1804 fait remeubler le château vidé par la Révolution, y reçoit ses proches et des chefs d’Etat, et fait même aménager une salle du trône en 1808. C’est dans la cour d’honneur, le 20 avril 1814, qu’il fait ses adieux à sa garde, après avoir abdiqué. Le château de Fontainebleau abrite aujourd’hui le musée Napoléon 1er qui met à l’honneur ses années de règne.

Château de Fontainebleau - Place du général de Gaulle - 77300 Fontainebleau

RÉSERVER

Le saviez-vous ?

Paris ne compte pas aujourd’hui de voie "Napoléon", seulement une rue Bonaparte, dans le 6e arrondissement. L’avenue de l’Opéra devait pourtant s’appeler "avenue Napoléon". Le quai de la Corse, sur l’île de la Cité, porta un temps le nom de l’Empereur ; mais en 1877, le conseil municipal de Paris décida d’effacer cet héritage, afin de ne pas froisser les sensibilités républicaines. Plusieurs avenues qui partent de la place Charles de Gaulle conservent le nom de batailles impériales (Wagram, Iéna, Friedland) et de la Grande Armée. Quant aux boulevards des Maréchaux qui ceinturent Paris, ils honorent tous l’un des maréchaux d’Empire nommés par Napoléon.

à voir aussi