Sport / Jeux de Paris

Le breaking à Paris

Sport spectaculaire et singulier, le breaking va marquer les esprits aux Jeux de Paris pour ses débuts olympiques pendant l’été 2024

Le breaking - aussi appelé breakdance - est une discipline de danse spectaculaire née dans les années 1970 à New York. Au programme des Jeux olympiques de Paris 2024, découvrez où le pratiquer à Paris, qui sont les favoris pour décrocher les médailles et les meilleures chances françaises

Le breaking : présentation de la discipline

Parmi les nouvelles disciplines au programme des Jeux Olympiques de Paris 2024, le breaking est la plus jeune ! Cette épreuve de danse voit le jour dans les années 1970 dans les rues du Bronx, à New York. Le breaking, également appelé breakdance, est alors particulièrement populaire au sein des communautés afro-américaine et portoricaine. Sa pratique, incarnée par des mouvements spectaculaires et acrobatiques, nécessite peu de moyens : la rue est le terrain de jeu des breakers. Depuis, le breaking fait partie intégrante du mouvement hip-hop - au même titre que d’autres formes artistiques comme le graffiti, le rap, le beatbox ou encore le Djing - et est devenu un phénomène international. Des rues new-yorkaises, le breaking traverse les frontières, se structure et des tournois sont organisés aux Pays-Bas, en Corée du Sud ou en France. La France, place-forte du hip-hop dans le monde, devient naturellement le premier pays à programmer le breaking comme discipline olympique à l’occasion des Jeux olympiques de Paris 2024.

Sport populaire et universel par excellence - 30 millions de pratiquants dans le monde - le breaking peut être pratiqué par tous - amateurs et professionnels - n’importe où et ne requiert aucun équipement… ou presque : une paire de chaussures et une enceinte diffusant de la musique suffisent.

En pratique, les danseurs enchainent des mouvements rythmés à une vitesse vertigineuse, doublée d’une indispensable précision. Ils exécutent des figures comme le top rock (une forme de danse debout), le footwork (le danseur fait bouger ses jambes alors qu’il a les mains au sol) ou encore le freeze (le danseur s’arrête, pendant quelques secondes, en rythme sur la musique diffusée) ...

Aux Jeux olympiques de Paris 2024, les règles du breaking se distinguent par leur simplicité. Les 16 b-girls - pour la compétition féminine - et les 16 b-boys - pour la compétition masculine - s’affrontent en un-contre-un, jusqu’à la finale avec l’objectif de décrocher les premières médailles olympiques de l’histoire du breaking. Lors de chaque duel, les athlètes performent l’un après l’autre, sur une piste musicale qui leur est inconnue, jouée par un DJ.

Pour les départager, cinq juges évaluent leur interprétation selon six critères :

  • la créativité
  • la personnalité
  • la technique
  • la variété
  • l’exécution
  • la musicalité

Les favoris pour les Jeux de Paris 2024 sont la b-girl lituanienne Nicka et le b-boy américain Victor. Fin septembre 2023, les deux athlètes-stars remportent la médaille d’or aux Mondiaux de breaking à Louvain en Belgique. De sérieux outsiders sont à citer : le b-boy canadien Phil Wizard - champion du monde 2022 - le b-boy japonais Shigekix - médaillé de bronze aux Jeux olympiques de la jeunesse 2018 - les b-girls japonaises Ami - championne du monde 2019 et 2022 - et Ayumi - championne du monde 2021 - et la b-girl néerlandaise India, vainqueure des Jeux européens 2023.

La France est dignement représentée ! Chez le b-girls, comptons sur la performance de l’étoile montante Syssy, médaillée de bronze à seulement 16 ans aux Mondiaux 2023 de Louvain. Chez les hommes, le b-boy Dany Dann décroche, à 35 ans, l’or aux Jeux européens 2023 et rêve d’un sacre olympique qui couronnerait un parcours singulier.

Les lieux où pratiquer le breaking à Paris

© Stéphane Laure

Sport urbain et populaire, le breaking peut être pratiqué n’importe où. Mais pour progresser, rien de mieux que les cours ! A Paris, de nombreux cours de breaking sont proposés, quel que soit le niveau des élèves.

Plusieurs centres Paris Anim’ proposent des cours pour tous - petits et grands - à des tarifs intéressants. C’est le cas du centre Paris Anim' Grange aux Belles (6 rue Boy Zelensky, Paris 10e), du centre Paris Anim' Censier (12 rue Censier, Paris 5e), du centre Paris Anim’ Ruth Bader Ginsburg (6-8 place Carrée, Paris 1er) ou encore du centre Paris Anim' Angel Parra (181-183 rue Vercingétorix, Paris 14e).

En plus de ces dispositifs mis en place par la Ville de Paris, des associations spécialisées dans la danse dispensent aussi des cours payants :

  • la Compagnie Maya et ses ateliers hip-hop partout à Paris
  • le Break Dance Crew et ses ateliers dans les 3e et 4e arrondissements
  • Breakin'13, situé dans le 13e arrondissement, consacré au breaking

Pour ceux qui préfèrent apprendre sur le tas, de nombreux amateurs de breaking s’approprient le Centquatre, le centre culturel du 19e arrondissement, notamment le week-end, pour s’entraîner dans les couloirs, au milieu des visiteurs, dans un esprit digne des origines de la discipline. Bonne ambiance garantie !

Et parce que les Jeux de Paris 2024 dépassent le cadre de la compétition, rendez-vous à SPOT24, notre lieu multiforme inédit dédié aux nouvelles disciplines olympiques. Installé près de la tour Eiffel, SPOT24 propose notamment une exposition constituée de pièces du musée olympique de Lausanne, des créations originales mais également des animations, des battles et des initiations sportives consacrés, entre autres, au breaking.

Le site olympique du breaking aux Jeux de Paris 2024

© Paris 2024

La place de la Concorde est transformée en stade en plein air pendant les Jeux olympiques de Paris 2024. Les épreuves de breaking s’y déroulent et n’ont pas lieu dans un stade classique pour faire un joli clin d'œil aux origines du breaking. Les 9 et 10 août 2024, les b-girls et b-boys s'affrontent donc à la Concorde, dans le 8e arrondissement de la capitale. Situé à quelques pas de l’avenue des Champs-Élysées, ce site de compétition olympique accueille les épreuves de plusieurs sports urbains, comme le skateboard, au pied de l’imposant et iconique obélisque de Louxor, le plus vieux monument de Paris !

B-boy Dany Dann, le Français du breaking à suivre

© Robert Zunikoff - Unsplash

Son abnégation a fini par payer. En 2008, à 20 ans, Danis Civil quitte sa Guyane natale pour la France métropolitaine avec un objectif en tête : se faire un nom dans le monde du breaking. Le pari est gagné puisqu’en 2024, à 36 ans, b-boy Dany Dann représente la France à domicile, aux Jeux de Paris 2024.

Avant de devenir l’une des meilleures chances de médaille tricolore, b-boy Dany Dann sillonne les villes françaises, enchaîne les battles, part à la rencontre des figures incontournables du breaking, gagne en expérience et alterne entre sa passion le week-end et son emploi d’aide-soignant la semaine. Le déclic arrive en 2018 quand b-boy Dany Dann devient champion de France de breaking. Puis les récompenses s’enchainent : deux autres titres nationaux (2022 et 2023), la médaille d’or aux Championnats d’Europe de 2022 et aux Jeux Européens 2023 avant peut-être… la consécration olympique devant son public à Paris, le 10 août 2024 ?

à voir aussi